[Test] Resident Evil Opération Raccoon City


S’il y a  une série qui rythme ma vie de gamer c’est bien Resident Evil et à mes yeux la sortie de chaque nouvel épisode de la saga est un événement en soit. Après la frustration de n’avoir pu m’adonner à RE Révélations faute de posséder une 3DS, il était normal que je me tourne vers Resident Evil Opération Raccoon City (ORC pour les intimes) qui à la particularité d’être le 1er épisode de la série développé non pas au Japon mais par un studio externe. En effet ce sont les canadiens de chez Slant Six Games à qui l’ont doit notamment la série des SOCOM qui se sont occupés du développement du jeu. Il était donc logique que l’on soit en présence d’un titre largement orienté multijoueurs qui en plus se paye un pitch des plus intéressants visant à faire revivre aux joueurs les événements de Raccoon City mais du coté des forces de Umbrella. Un pari aussi ambitieux que difficile de la part des petits gars de chez Slant Six qui s’attaque à un monstre sacré du jeu vidéo … alors mission réussie ou échec total?

Si du coté de l’Uss Delta Team on s’en sort bien,

Clairement axé sur le multijoueur, RE ORC aborde la série de Capcom sous un nouvel angle en plaçant pour la 1ére fois le joueur du coté des « méchants ». En effet ici vous incarnerez l’un des 6 membres de l’USS Delta Team Wolfpack (Lupo, Vector, Spectre,Betltway,Four eyes et Bertha) envoyés pour faire le ménage et faire disparaitre toute trace de l’implication d’ Umbrella dans la catastrophe. Une excellente idée qui permet aux joueurs de découvrir les « dessous » de la firme pharmaceutique qui semble tenir à ses hommes au moins autant qu’aux civils. Cette notion d’équipe permet d’introduire un système de classe chaque membre de l’équipe ayant des aptitudes particulières qui s’avéreront plus ou moins utiles et qui pourront surtout être améliorés grâce aux points d’expériences récupérés à travers le jeu. C’est d’ailleurs ces même points d’exp qui permettront au joueur d’acquérir de nouvelles armes parmi un arsenal d’une 30aine d’armes.
Si sur le papier le jeu à de quoi séduire, il ne faut pas longtemps pour se rendre compte à quel point le titre est médiocre. Cela me coute de dire ça surtout en tant que fan mais il faut être objectif, RE ORC est un ratage quasi complet et c’est à se demander ce qui est passé par la tête de Capcom qui a laissé faire ça.

c’est déjà moins la fête du coté des Héros.

Si l’on met de coté les aberrations scénaristiques de cet épisode (de nombreux éléments ne concordent pas du tout avec la chronologie et le contexte des jeux originaux) la campagne se résume à 7 missions qui se bouclent assez rapidement puisqu’il faudra compter entre 5 et 6 heures pour en faire le tour et traverser les différents quartier de Raccoon City.Comme c’est souvent le cas dans les tps multi, l’histoire est reléguée au second plan et n’apporte rien du tout au jeu. Pour compenser le jeu tente de jouer la carte du fan service en proposant aux joueurs de revisiter des lieux bien connus des fans ainsi que de retrouver des personnages emblématiques de la série. Malheureusement ces éléments ne sont guère convaincants car finalement trop peu exploités et de manières pas toujours très subtil. On regrettera par exemple la sous exploitation de personnages célèbres tels que Léon ou Ada que l’on voit finalement très peu et donc chacune des apparitions frise le ridicule. Dommage également que les développeurs n’ait pas pensé à intégrer plus d’éléments originaux (des civils à supprimer par exemple…) qui auraient pu donner un peu plus d’envergure au scénario car quitte à massacrer l’histoire autant le faire avec panache. Pas assez poussé scénaristiquement et offrant aux fans le strict minimum en terme de fan service, on aurait pu penser que le titre se rattraperait sur la technique mais ce n’est absolument pas le cas.

Bouh ouh ouh comme je suis moche!

En effet le jeu est visuellement très daté (pour ne pas dire moche) et ne fais pas honneur aux consoles HD. Globalement l’ambiance de Raccoon City à feu et à sang est bien retranscrite et malgré la pauvreté des textures et un alliasing quasi permanent on reconnait sans problèmes les lieux emblématiques de la série. Il reste cependant dommage que le joueur ne bénéficie pas de plus de liberté pour explorer la ville et les différents bâtiments et il faudra se contenter de progresser dans des environnements globalement assez étroit sans pouvoir prendre de chemin alternatif. Il est aussi assez fréquent d’être confronté à des bugs de collisions et autres joyeusetés du genre qui pour la plupart  sont anecdotiques (Avoir une grenade qui tire comme un fusil à pompe, Faire un kill brutal sur un zombie à 3 m devant…)mais qui parfois peuvent couter cher (se retrouver bloquer au sol entre 2 voitures alors que 2 Tyrans martèlent le sol…).
En ce qui concerne la modélisations des personnages et des monstres le constat est en demi teinte. Si le rendu visuel des monstres est plutôt réussi (les zombies manquent tout de même de diversité) au même titre que celui des membres de l’USS Delta Team, ce n’est absolument pas le cas des autres personnages comme Ada, Léon ou Claire qui eux semblent tout droit issus de l’aire PS2 leur faisant ainsi perdre toute crédibilité.

Dans quelques instants Beltway risque de prendre cher …

Le jeu souffre également d’un gros soucis en terme d’IA cette dernière étant aussi déséquilibrée que lamentable. En effet il n’est pas rare que vos petits camarades viennent se placer dans l’encadrement d’une porte vous bloquant le passage. Mieux encore lors d’échange de coups de feu, au lieu de ce mettre à l’abri ces derniers se placent devant vous et écopent la plupart du temps d’un magnifique headshot. Ce ne sont que 2 exemples parmi d’autres mais c’est d’autant plus rageant qu’en face les ennemis s’organisent, se mettent à couvert, attaque en groupe etc…
Le camp adverse parlons en un peu : si les zombies ne posent pas de problèmes, ce n’est pas le cas des autres monstres et soldats que vous croiserez ces derniers étant très mais alors très résistant un peu trop même. Si cela ne choque pas outre mesure pour les Tyran et autres Hunter, ça l’est un peu plus pour les soldats qui peuvent encaisser jusqu’à 3 ou 4 headshots avant de s’effondrer.
En terme de Gameplay le jeu n’est pas une franche réussite non plus: des déplacements plutôt lourd, un système de cover automatique pas très au point, une visée peu précise (oubliez les sniper c’est ingérable et peu efficace), pas de roulade ni d’esquive. Tout ces éléments rendent la prise en main par moment un peu délicate et peuvent occasionner des ratés qui en difficulté maximum sont généralement fatals.

Les Lickers se révéleront extrêmement coriace et tellement insensible à vos balles.

Le constat est donc plutôt sévère et sans concession faisant de ce RE ORC un jeu tout ce qu’il y a de plus médiocre sur le papier et pourtant cela ne m’empêche absolument pas d’en redemander.En effet le jeu à beau être graphiquement faiblard, techniquement à la ramasse par rapport aux standards du genre et finalement peu intéressant en terme de scénario, il y a quelque chose qui se dégage de ce jeu et qui donne envie de s’y remettre (ce qui explique certainement les bonnes ventes du jeu). C’est peut être mon coté fan boy qui ressort mais affronter des hordes de zombies dans les rues de Raccoon, se défaire d’une nuée de lickers dans le commissariat et affronter Tyran et Némésis à coup de fusil à pompe et de grenades, tout cela reste extrêmement plaisant.
Au final RE ORC fait partie de ces jeux moyen que l’on à du mal à positionner car trop juste pour faire partie des bons titres mais pas assez mauvais pour être à jeté aux oubliettes. On sent malgré tout que les gars de chez Slant Six Games ne se sont pas donnés réellement à fond survolant plus le sujet qu’autre chose. Une expérience amusante (surtout en coop dommage cependant qu’il n’y ait pas de local) mais qui ne restera pas dans les annales et bien en deçà d’un Dead Nation par exemple.

Ma note: 13/20 en tant que fanboy de RE et 10/20 pour le commun des mortels.

Ce contenu a été publié dans Tests, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 Responses to [Test] Resident Evil Opération Raccoon City

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *