[Lecture] Hideout aux éditions Ki-oon

Aux rayons des nouveautés mangas, vous croiserez certainement la route de ce Hideout, un One Shot ( une histoire complète en un seul volume) signé KAKIZAKI Masasumi à qui l’ont doit notamment la série Rainbow.
Totalement inconnus à mes yeux il y a encore quelques jours, Hideout se remarque tout de suite avec une couverture bien pensée et surtout très dérangeante qui à n’en pas douter ne passera pas inaperçue sur les étales des libraires. Mais plus qu’une couverture, ce sont les echos positifs que j’ai pu lire ici et là ainsi que les chaudes recommandations de mon libraire qui m’ont incité à plonger dans ce pur Seinen made in Japan.

L’histoire: Seichi Kirishima était un homme heureux. Écrivain célèbre marié à une femme aimante et père d’un petit garçon, il avait enfin tout ce qu’il souhaitait. Mais du jour ou son éditeur à mis un terme à leur collaboration jusqu’à ce soir fatidique ou il décide d’assassiner sa femme, Seishi connait une véritable descente aux enfers qui le conduira au cœur de cette grotte où le cauchemar ne fait que commencer.

Hideout est un pur seinen à la japonaise, un subtil mélange entre horreur, gore et drame psychologique, le tout mis en scène dans un lieu propice à la confusion mentale et à la folie : une grotte.
Comme souvent dans ce genre d’histoire tout part d’un drame. Dans le cas de Hideout, il est à la fois personnel et familial et va finalement conduire le personnage principal Seichi à  vouloir éliminer sa femme. L’histoire évolue alors sur 2 plans, l’un centré sur l’horreur pure dans la grotte avec son lot d’angoisse, de violence et de sang. L’autre situé plus en amont revient sur l’histoire de la famille et met en scène une autre sorte d’horreur. Si dans la grotte Seichi passe finalement à l’acte, on comprend plus facilement son état d’esprit quant on découvre son histoire familiale et la pression qu’il subit. Sorte de remise en question de la « sur-importance » de l’homme dans la famille, ce jeune père qui voulait être celui qui soutenait sa famille se retrouve à devoir assumer seul un drame dont il n’est pas l’unique responsable et risque finalement de tout perdre. On en arrive même à l’excuser et à le comprendre pour les actes qu’il va commettre.
Dans la grotte, c’est une véritable course poursuite pour la survie qui commence ou chacun est prêt à tout pour s’en sortir. Ici la tension est palpable et l’horreur omniprésente, le lecteur étant constamment promené entre découverte et retournement de situation.
Comme bien souvent dans les histoires d’horreur japonaises la fin est une sorte de mis en abime, un éternel recommencement. C’est comme si finalement la grotte remportait la partie car au final personne n’en ressort, la folie ayant prit le dessus sur le raison.

En plus d’une histoire prenante, Hideout bénéficie d’un graphisme soigné en total adéquation avec l’action qui se déroule. Malgré un trait toujours très appuyé, le dessin s’adapte parfaitement à chaque situation. Très doux et clair dans les scènes du quotidien, les dessins deviennent très agressifs et durs en même temps qu’arrive l’obscurité donnant un aspect plus torturé aux personnages.
L’obscurité qui est d’ailleurs au centre du récit est très bien maitrisé et n’empêche à aucun moment la lecture de l’action tout en conservant l’oppression ressentie par les protagonistes dans cette grotte ou le danger peut être partout.
L’auteur se paye même le luxe d’offrir des pages d’une grande qualité sur lesquelles on peut clairement distinguer la rage ou encore la folie s’emparer des personnages … absolument magnifique.

Au final, KAKIZAKI Masasumi signe avec Hideout un excellent seinen. Que ce soit au niveau du scénario ou bien des dessins, ce One Shot est une réussite à tout les niveaux. Son seul défaut est peut être d’être justement uniquement un one shot car il n’aurait pas été déplaisant de voir une histoire comme celle la étalée sur quelques volumes supplémentaires. Malgré tout ce volume reste une valeur sure que je conseil chaudement de lire, fan d’horreur ou non, et qui ne laissera certainement personne indifférent.

Ce contenu a été publié dans Manga, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 Responses to [Lecture] Hideout aux éditions Ki-oon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *