[Critique Ciné] The GrandMaster

The-GrandmasterRéalisé par: Wong Kar Wai
Avec: Tony Leung, Zhang
Ziyi, Chang Chen
Durée: 2h02

Bande Annonce:
[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=lKVPYBa7bl0]

Résumé:
De la Chine des années 30 jusqu’au Hong Kong des années 50 en passant par l’invasion Japonaise, revivez les destins croisés de Ip Man, grand maitre du Wing Chun et futur mentor de Bruce Lee, et de Gong Er sa plus grande rivale elle-même maître du style Ba Gua et la seule à connaître la figure mortelle des 64 mains.

Mon Avis:

grandmaster08La scéne d’ouverture du film, absolument phénoménale.

A la base je ne suis pas très fan du cinéma chinois que j’ai finalement choisi de mettre de coté, aidé en cela par quelques expériences … déroutantes (la dernière en date étant Detective Dee). Pourtant c’est (presque) sans aucune hésitation que j’ai été voir The GrandMaster, le nouveau film du célèbre Wong Kar Wai.
Bon je reconnais que j’y suis allé après avoir été un peu poussé par Me Kawakun (qui raffole du cinéma chinois) alors que ce sont les échos particuliérement élogieux qui ont attisé ma curiosité pour ce film que je n’attendais pas du tout mais qui aura eut le mérite de me réconcilier avec le cinéma chinois.

grandmaster07Ça va (man)daller!!! (bouh comme j’ai honte T-T)

Avant toute chose il faut savoir que The GrandMaster n’est pas un film de Kungfu dans le sens « commun » du terme et il ne faut donc pas s’attendre à ce que tout tourne autour des scénes de combats. Certes il y a des combats (et quels combats!!!) mais à l’instar de films comme « Tigre et Dragon » ou « Le secret des poignards volants », « The GrandMaster » entraine le spectateur dans une histoire au travers l’Histoire et dans laquelle viennent se mélanger poésie et philosophie. Si Ang Lee en son temps avait livré une véritable perle cinématographique, Wong Kar Wai est loin de l’égaler sur ce point. En effet la frise chronologique tracé par le réalisateur tout au long du film est assez difficile à suivre car en plus d’alterner les époques elle alterne également les personnages. Il n’est donc pas toujours évident de faire la part des choses et d’accorder l’importance nécessaire aux différents événements d’autant plus que le film regorge de personnages « secondaires » pouvant potentiellement devenir « principaux »… L’exemple le plus « frappant » (elle est pas mal celle la uh uh uh ) est sans doute le personne de « La Lame/The Razor » (admirablement) interprété par Chang Chen. Ce dernier apparait à plusieurs reprises au cours du film dans des scénes pour le moins marquante mais dont on ne sait pas si elle ont/auront de l’importance puisqu’il est pour ainsi dire impossible de les lier à « l’histoire » du film. Peut être un peu trop ambitieux pour un seul film, le scénario de The GrandMaster, oscillant entre biopic de Ip Man/Gong Er et récit sur l’Histoire du Kungfu, en laissera plus d’un sur le bas coté mais heureusement pour eux le film à d’autres qualités qui ne demandent qu’a être appréciées.

grandmaster05Personnellement j’ai été très impressionné par ce plan ou se mêle l’immobilisme le plus total et l’intensité des regards.

En effet hormis un scénario dense et pas forcément bien mené, le nouveau film de Wong Kar Wai à tout d’une œuvre d’art à commencer par son esthétique irréprochable. Véritable régal pour les yeux, « The GrandMaster » est un petit bijou de cinéma contemplatif où le spectateur à tout le loisir de se perdre au milieu de décors et de costumes particuliérement réussis. Les différentes époques que traverse le film sont admirablement bien reconstituées et permettent au film de se savourer comme un voyage au travers de la Chine des années 40/50. La mise en scéne, malgré quelques plans un peu hasardeux, est une franche réussite et WKW démontre à quel point il excelle pour filmer les passages intimistes mais également, et c’est plus nouveau, les scénes de combats. Qu’il s’agisse d’un duel ou d’un règlement de compte face aux membres d’une école rivales, les affrontements sont magistralement orchestrées grâce notamment au talent du célèbre chorégraphe Yuen Woo Ping (Matrix, Tigre et Dragon…). Si les chorégraphies des combats sont excellentes, leur mise en scéne l’est tout autant avec une utilisation totalement admirable des effets de ralentis qui offre à ces derniers une esthétique particuliérement réussie (les combats sous la pluie et celui sur le quai de la gare sont juste totalement jouissifs). Si WKW brille derrière la caméra, on peut en dire tout autant pour les acteurs qui se trouvent face à lui. Tony Leung et Zhang Ziyi sont d’une justesse totale (à l’instar des autres acteurs dont mon petit préféré: Chang Chen). Sachant qu’il s’agit de cinéma asiatique, la VF est d’emblée à proscrire car le français est une langue qui s’adapte très mal aux jeux des acteurs asiatiques. La VO quant à elle rend le film encore un peu plus envoutant. Pour finir un mot rapide sur la bande son que j’ai trouvé magnifique et qui est à l’image du film, pleine de poésie.

grandmaster03LE duel du film: beau, intense, violent et empli de poésie.

Vous l’aurez donc très certainement compris, j’ai aimé « The GrandMaster » et bien qu’il ne soit clairement pas destiné à tout le monde je pense qu’il mérite tout de même d’être vu. Le film est pourtant loin d’être parfait, une histoire trop dense, des flashbacks et autres ellipses temporelles qui viennent compliquer l’intrigue, des cadrages parfois totalement improbable font que le film n’est pas forcément facile à suivre. Pourtant il se dégage tellement de chose de ce long métrage qu’il est finalement assez simple de se laisser emporter afin de profiter de la beauté des images.
A mon sens « The GrandMaster » fait parti de ces films qui doivent être regardé comme l’on regarderait une toile de maitre sous peine de passer à coté de l’essentiel.

Ma note: 17/20

grandmaster01La dernière image du film qui vient illustrer le but ultime d’une vie: la transmission de son art.

Ce contenu a été publié dans Ciné, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

One Response to [Critique Ciné] The GrandMaster

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *