[Test] Resident Evil 6

Nous sommes aujourd’hui le 17/10/2012 soit 15 jours après la sortie de Resident Evil 6 et je commence seulement à rédiger mon test pour ce dernier. J’ai assez de mal à trouver les mots tant il y a de choses à dire : un 5éme épisode pour le moins mitigé, 3 ans d’attente durant lesquelles Capcom n’aura eu de cesse que de souffler le chaud (des teaser de fou, le retour aux sources avec la campagne de Léon) et le froid (les démos foireuses) au sujet d’un titre sensé redorer le blason d’une licence en perdition et enfin ce déluge de critique le jeu à peine sortie, sorte de lynchage médiatique en bonne et due forme. Une chose est sure le titre de Capcom aura fait parler de lui mais à t’il mérité un tel traitement ? Est-ce vraiment la daube infâme que tout le monde décrit ou est-il la victime de joueurs rageux et d’un journalisme frustré ? Ma réponse dans le test qui suit.

Au départ le projet de Capcom est des plus ambitieux puisqu’il s’agit de faire de Resident Evil 6 un titre capable de réconcilier et les fans de la saga et le grand public avec une série qui n’a plus d’horrifique que le nom. Pour ce faire les développeurs ont dû concilier à la fois l’aspect survival horror que réclament désespéramment les fans mais aussi un coté tps moderne très orienté action car ne nous voilons pas la face c’est clairement ce qui plait aux plus grands nombres. La solution viendra du passé puisqu’à l’instar d’un Resident Evil ou Resident Evil 2 qui proposaient des « scénario croisés » tournant autour d’un duo de personnage, ce 6éme opus propose aux joueurs pas moins de 4 scénarios (3+1 secret) chacun proposant une histoire et des personnages différents mais aussi et surtout un style de jeu différent. On se retrouve donc avec une sorte de pot-pourri vidéoludique alternant survival horror, tps furieux et infiltration au travers de ces 4 histoires qui s’entrecroisent ici et là pour n’en former au final qu’une seule.

L’histoire reste à mon sens l’un des gros point fort de ce nouveau Resident Evil car si chaque campagne peut se satisfaire à elle-même avec une intrigue et un dénouement qui lui sont propre, la trame principale prend quant à elle tout son sens une fois les 4 scénarios mis bout à bout. D’ailleurs les passages communs aux différents scénarios sont là pour le rappeler et voir une même scène sous des points de vue différents rends les choses beaucoup plus prenantes. Si dans la forme le principe des « destins croisés » fonctionne bien (les différentes rencontres sont tout à fait justifiées et s’intègrent parfaitement dans le déroulement des scénarios respectifs), on pourra malgré tout reprocher à Capcom un problème de fond. En effet même après avoir bouclé les 4 scénarios il persiste certaines zones d’ombres dont les réponses qui aurait pu/dû se trouver dans le jeu se retrouvent finalement dans des mémos à débloquer (en détruisant les symboles serpent disséminés dans les niveaux) ce qui gâche considérablement l’impact de certaines révélations qui malheureusement ne sont pas non plus légions dans le jeu. On sent malgré tout que Capcom a fait un effort pour fournir une histoire conséquente qui même si elle manque de contenu et de panache reste malgré tout prenante et plaisante à suivre. Les fans apprécieront également les nombreux clin d’œil et références fait à l’univers Resident Evil et aux événements de Raccoon City.

En termes de Gameplay là aussi Capcom a fourni un effort considérable en repensant quasi intégralement la façon d’aborder un RE. Certes la plus grosse nouveauté vient du fait qu’il est enfin possible de tirer en se déplaçant (alléluia mes frères) ce qui améliore considérablement la prise en main. Mais les développeurs ne se sont pas arrêtés en si bon chemin et afin de pouvoir coller aux différents genres proposés (le tps notamment) ils ont également intégré toute une palette de mouvements permettant de répondre à l’intensité des combats et à la diversité des situations proposées. Les personnages sont maintenant capables de courir, glisser, faire des esquives, des plongeons, des roulades et bien sûr de se mettre à couvert. Si réaliser tous ces mouvements n’est pas très instinctif au départ, les automatismes arrivent assez rapidement et prendre en main Léon, Chris ou encore Ada se révèle vite plaisant même si la caméra bien trop proche du joueur complique un peu les choses. Pour couronner le tout, l’inventaire à lui aussi été repensé et se présente sous la forme d’un « hud » consultable à tout moment et très instinctif d’utilisation. Autre nouveauté : un système de corps à corps basé sur une  jauge d’endurance et une sorte de mini QTE qui permet d’achever ses ennemis tout en économisant ses précieuses munitions. Peut-être un poil trop mis en avant et n’offrant qu’une trop faible variété de coup, ce système offre malgré tout une alternative efficace aux gun fights et sert de base aux éliminations silencieuses durant les phases d’infiltration. Enfin Tps oblige, des séquences à bord de véhicules font leur apparition et si elles ont le mérite d’être diverses et variées (voiture, moto, hélico, Vtol…), leur réalisation laisse parfois à désirer allant jusqu’à rendre certaines d’entre elles pénibles. Enfin un petit mot sur les nombreux QTE qui parsèment le jeu et qui sans être d’une difficulté insurmontable ont un temps d’activation très court (parfois trop) ce qui conduit bien souvent à l’échec et donc à la mort (ce qui est d’autant plus vrai que l’on augmente la difficulté du jeu) ce qui pourra se révéler frustrant.

Techniquement on ne peut pas dire que ce Resident Evil 6 fasse des miracles et on est loin de la claque graphique que fut le 5éme épisode. La pauvreté de certaines textures (notamment dans les décors), la modélisation grossière de certains véhicules (omg les voitures en chine) et la faible interaction avec les décors sont quelques-uns des défauts majeurs qui sont difficilement pardonnable à un jeu de ce calibre. A côté de cela les effets d’eau et de flamme sont particulièrement réussis et le titre offre même des effets et jeux de lumières absolument bluffant. La modélisation, qu’il s’agisse des monstres ou des personnages, est quant à elle exemplaire et rend tout ce petit monde criant de réalisme. Un soin tout particulier a été apporté aux personnages principaux qui se dévoilent ici sous leur meilleur jour, Léon est particulièrement classieux et comment ne pas succomber aux charmes de la mystérieuse Ada (pour ne citer qu’eux ^^). Mais ce qui sauve définitivement le titre de Capcom, c’est sa mise en scène absolument magistrale offrant des scènes d’anthologie (la rencontre entre Léon et Chris). Qu’il s’agisse de scènes d’action ou de séquences émotions, tout est maitrisé du début à la fin sans aucune fausse note permettant une immersion quasi-totale. L’ensemble est admirablement servi par une bande son digne des plus grandes productions hollywoodiennes dont chaque morceau colle parfaitement à l’action qu’il illustre. On appréciera entre autre d’entendre ici et là quelques reprises de morceaux issus des anciens titres de la saga (notamment le thème de la « mort » d’Ada dans RE2). Enfin la VF est à ma grande surprise très réussie, les voix sont bien choisies, les intonations sont bonnes, les dialogues cohérents et surtout aucune désynchronisation labiale à l’horizon ce qui est plus que plaisant.

Malgré tout il reste quelques défauts que Capcom aurait clairement pu corriger à commencer par un code réseau en mousse qui empêche de faire dans des conditions décentes la campagne en coop en ligne. En plus de nombreuses déconnexions intempestives, le système provoque également de nombreux bugs aux niveaux des trophées notamment. Il y a aussi ces bugs d’affichage lors des affrontements au corps à corps et il faut reconnaitre que ça fait toujours un peu tache de voir la tête d’un zombi debout éclater suite à un écrasement effectué au sol. Heureusement tout ceci est bien peu de chose à coté de tout ce que le jeu a à offrir à commencer par une durée de vie absolument colossale pour un titre de ce genre. Là ou un Tps classique à l’heure actuelle se boucle après 6 à 10 heures de jeu, il en faudra une 30aine pour venir à bout des 20 chapitres que compte le jeu (5 chapitres par campagne). Mais le titre de Capcom bénéficie également d’une excellente re-jouabilité car non seulement les duos de personnages ont chacun des armes et/ou aptitudes propres mais en fonction de qui vous incarnez certains éléments du scénario peuvent varier. Enfin pour ceux qui aiment aller au bout des choses il est possible de faire la chasse aux médailles (ce qui nécessite de remplir certaines actions annexes dans les chapitres), aux emblèmes serpents ou encore de s’adonner à la chasse à l’homme (en incarnant zombi et J’avo) ou encore au désormais classique mode mercenaire.

Au final, j’ai beau retourner la question dans tous les sens, je ne m’explique absolument pas ce déluge de critique et l’acharnement qu’a subit Resident Evil 6. Sans être le jeu de l’année, il n’en reste pas moins plein de qualité et rempli de bonnes intentions de la part de Capcom même si on sent que les développeurs n’ont pas encore définitivement trouvé quelle orientation donner à la série. On pourra certainement reprocher au titre d’aller piocher un peu de tout chez les autres pour l’adapter à sa sauce (plus ou moins réussie) mais là encore est-ce vraiment un tort dans un marché ou finalement la pratique est plus que courante ?  Reprocher à Resident Evil 6 de copier sur un tel ou un tel c’est comme dire que Samurai Deeper Kyo est une copie de Kenshin parce qu’il y a des sabres et des samurais dedans (putain si on m’avait que je caserais cette phrase un jour XD) … c’est d’un non-sens absolu. D’aucuns diront que c’est mon côté fanboy qui me pousse à défendre le jeu ce qui est loin d’être le cas. J’attendais ce Resident Evil 6 de pied ferme et je n’ai pas été déçu que ce soit au niveau de l’histoire, de l’ambiance, du gameplay ou bien même des personnages. Capcom à même réussi à me surprendre en incluant plusieurs style de jeu dans un même titre d’une façon intelligente (même si la transition d’une campagne à l’autre peut s’avérer violente) et plutôt efficace. J’espère simplement que pour la suite de sa saga, le développeur va réussir à renouveler sa trame principale car le filon Raccoon City commence à s’essoufler sérieusement.

Ma note: 16/20

Ce contenu a été publié dans Tests, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 Responses to [Test] Resident Evil 6

  1. JackmLantern dit :

    Je préfère lire un test 15 jours après la sortie du jeu mais lire un test complet et bien écrit, qui sait de quoi il parle puisque le jeu a été correctement exploré ! Très précis et qui donne un avis un peu différent du concert des critiques qui descendent le jeu ! 😉

  2. belzedar dit :

    Ton test et surtout sa conclusion démontre tout de même que ton ressenti sur le jeu est faussé. D’une part, tu es effectivement un fanboy et donc tu es beaucoup plus indulgent que d’autres (Cf le test de l’ami Drizzt).
    D’autre part, autant j’admets que tu puisses défendre la campagne de Leon, autant les deux autres sont à priori catastrophiques (Ada étant à part). Tu sous entends qu’il est idiot de comparer RE6 aux autres TPS mais comment ne pas le comparer quand ce dernier repompe allégrement les ténors du genre.
    Franchement, joue à un seul Gears of War (même le premier qui date de 2006) et tu comprendras à quel point le gameplay Chris/Wesker boy (j’ai oublié son non) est pitoyable et anachronique!

    J’ai beau avoir été un fan de la série RE, je pense que cette dernière a fait son temps, notamment du fait de l’incapacité des japonais à renouveler le gameplay de leurs jeux d’action/survival horror.
    Mais bon, avec le temps, j’ai bon espoir que tu finiras bien par accepter que la saga RE n’a plus aucun avenir…

    • kawakawakun dit :

      J’ai simplement livré mon ressenti en tant que joueur voila tout et sans tenir compte des différents tests et avis qui avaient deja été publié (contrairement à d’autres qui avant même d’avoir mis la galette dans la console partaient avec l’idée que c’était une daube). Maintenant c’est effectivement assez simple de justifier ce que je pense du jeu par le fait que je sois fan de la série mais tant pis c’était le risque. Cela n’empêche que je ne vais pas condamner un jeu qui à largement rempli sa fonction du début à la fin à savoir m’amuser.
      Et pour ta gouverne j’ai deja joué à Gears of War (1 et 2) et le souvenir que j’en garde est loin d’être impérissable ^^.

      • belzedar dit :

        Tu as déjà joué à Gears et tu considères le gameplay Chris de RE6 supérieur celui du jeu d’Epic!!!!????
        Non sérieusement!? Que tu préfères RE pour l’ambiance ou l’univers , je comprends aisément, mais le gameplay!!!!?

        • kawakawakun dit :

          Ola doucement mon ami il ne faut pas ’emporter et remettre les choses dans leur contexte. Je me considère à aucun moment que untel à un meilleur gameplay que l’autre mais simplement que d’un coté mon expérience de Gears of War n’avait pas été transcendante (gameplay,histoire,personnage, je n’ai pas du tout accroché aux jeux) et que d’un autre coté RE6 propose un gameplay jusqu’ici inégalé dans la série ce qui représente un grand pas en avant.
          Je ne prétend à aucun moment que le gameplay de RE6 surpasse tout ce qui se fait dans le domaine car je ne suis pas dupe, il est loin d’être parfait. Ce que je clame par contre haut et fort c’est que les développeurs ont fourni un travail considérable pour passer d’un gameplay comme celui de RE5 à celui de RE6 qui est loin d’être aussi rigide que ce que tout le monde raconte (ou alors c’est que les 3/4 des joueurs sont des assistés du pad). Maintenant effectivement que peut être ce nouveau Gameplay est de moins bonne qualité que les standards du genre mais cela n’empêche que c’est un énorme progrès pour un RE et qu’il n’en est pas désagréable pour autant.

      • belzedar dit :

        Je comprends ton raisonnement même si je reste en désaccord fondamental avec toi.
        Mais bon, je pense que sur ce sujet, on ne pourra jamais s’entendre… . Au passage, je ne manquerai pas te donner mon avis perso sur RE Revelations (3DS) que je compte faire bientôt (quand le Circle Pad de la 3DSXL sera dispo).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *