[Test] Rayman Jungle Run

Une fois n’est pas coutume, je reprends mes publications(après des vacances bien méritées) avec le test d’un jeu pour Smartphones (et tablettes) sorti tout récemment et disponible uniquement sur IOS (pour le moment) :Rayman Jungle Run.
Il y a un peu moins d’un an sortait sur nos consoles hd Rayman Origins, un jeu avec lequel UBISOFT à placé la barre très haute en matière de jeux de plateforme 2d et qui fait désormais référence en la matière.
C’est maintenant au tour d’une mouture pour les appareils nomades de chez Apple de voir le jour mais cette dernière sera-t-elle aussi convaincante que son ainée ? Ma réponse dans les lignes qui suivent.

Finir les 1éres courses ne posera absolument aucun problème meme si vous tentez de collecter les 100 lums

Là ou Rayman Origins faisait dans le jeu de plateforme « classique », Rayman Jungle Run est quant à lui (et comme son nom semble l’indiquer) un jeu de course se déroulant dans l’univers de Rayman. Le concept avait déjà été abordé dans Rayman Origins sous la forme des épreuves du «coffropattes » et il est ici adapté pour en faire un seul et unique jeu. De prime abord le principe peut surprendre (même s’il faut reconnaitre qu’il se prête à merveille au format) et il est vrai que les 1éres minutes de jeu sont un peu déstabilisante. En effet point de croix directionnelle ici (ouf je hais ces croix tactile XD) puisqu’une fois le départ donné le personnage se déplace tout seul, le joueur n’intervenant que pour éviter les obstacles ou attraper les lums qui parsèment la course. Point de retour en arrière possible donc (ou très peu) et Il s’agira finalement de tapoter son écran au moment adéquat afin que Rayman bondissent pour éviter un gouffre, une boule de feu, des ronces ou ramasser quelques lums.  Un Gameplay à la fois intuitif et intelligent qui s’étoffe au fur et à mesure que le joueur va progresser dans les 40 niveaux (ou courses) que compte le jeu.

4 monde, 10 courses par monde … ça peut sembler beaucoup mais cela passe vite, très vite.

En effet en plus de bondir, Rayman se verra au cours du jeu doter d’autres capacités qui sont au nombre de 3 : voler, courir sur les murs et frapper. Chacune de ses aptitudes viendra compléter la précédente et fera l’objet d’un monde lui-même divisé en 10 courses. Si les courses qui ne font appel qu’au saut sont tout ce qu’il y a de plus facile, les choses se corsent au fur et à mesure que l’on progresse dans les niveaux pour finalement devenir assez compliqué quand il faut gérer les 4 aptitudes. Pour résumer il y a donc 4 mondes, chacun rajoutant une aptitude à Rayman cette dernière définissant le niveau de difficultés des courses. Les courses sont elle-même divisées en 2 catégories : les classiques ou « courses aux lums » dans lesquelles il faudra récupérer tous les lums présent (100 par course). Elles sont au nombre de 36 (9 par monde) et en fonction de vos résultats dans la collecte des lums vous pourrez débloquer des fonds d’écran mais également des courses spéciales. Les courses spéciales ou « courses à la mort » sont au nombre de 4 (1 par monde) et se débloquent en obtenant 100 lums dans 5 courses du même monde. Dans ces dernières il n’y a pas de lums à récupérer, il faut juste finir le parcours mais le rythme y est très soutenu et les obstacles particulièrement retors et vicieux. Malheureusement mis à part ces 4 courses (et encore) le challenge n’est pas très élevé et venir à bout des 40 courses tout en ayant récupérer tous les lums ne prendra finalement que très peu de temps. Un jeu qui pèche donc par son contenu mais qui en contrepartie affiche une technique (quasi) irréprochable.

Graphiquement impeccable, cette mouture pour smartphones n’a pas grand chose à envier à son ainée.

Globalement ce Rayman Jungle Run n’a rien à envier à l’épisode Origins en matière de technique. Le moteur graphique Ubiframe fait ici des merveilles et offre une animation très fluide dans presque toutes les circonstances. En effet bien que le résultat soit à l’image très impressionnant (car finalement assez proche des versions consoles) on remarque malgré tout quelques ralentissement ici et là, généralement assez léger et qui ne perturbent pas le déroulement du jeu mais qui sont tout de même présent. De même si les graphismes sont aussi beau, il a fallut en contrepartie diminuer le nombre de personnage à l’écran (pas de multijoueur, peu d’ennemis) ainsi que le nombre d’animation dans les décors notamment (tous issus de Rayman Origins) les rendant un peu moins vivant. Tout ceci est largement plus imputable aux contraintes technique des appareils pour lesquels le jeu est développé plus qu’au travail des développeurs qui il faut le reconnaitre on fournit un travail exemplaire. A noter également que l’on retrouve avec plaisir les musiques issues de l’épisode Origins qui sont ici diffusées en playlist et qui ne sont donc pas associées aux différents niveaux.

Les « niveaux spéciaux » sont par moment bien vicieux et proposeront un minimum de challenge.

Au final ce Rayman Jungle Run est un très bon titre qui permet de prolonger l’expérience débutée avec Rayman Origins. Graphiquement bluffant le titre de Ubisoft reste très plaisant à jouer même s’il souffre d’un manque de contenu et qu’il offre finalement assez peu de challenge (sauf si vous voulez obtenir tout les succès mais ceci est une autre histoire XD).
Donnant parfois l’impression de n’être qu’un grand tutoriel, Rayman Jungle Run s’impose malgré tout comme un must have sur Iphone (Ipod touch ou Ipad également hein ^^) valant largement les 2€40 prix auquel il est vendu.

Ma note : 18/20

Ce contenu a été publié dans Tests, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

One Response to [Test] Rayman Jungle Run

  1. Tr1pe dit :

    Graphiquement bluffant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *